Homochromie

Emile André, « Sur l’homochromie des larves de phryganes » Zeitschrift für Hydrologie, Hydrographie, Hydrobiologie, Fischereiwissenschaft, vol. 1, Aarau-Sauerländer, 1920.

Sur l’homochromie des étuis de larves de Phryganes

Les étuis de larves de Phryganes s’harmonisent en général d’une façon assez nette avec le fond sur lequel ils se trouvent. Cette homochromie est-elle due au hasard, au fait que, la Phrygane continuant à vivre parmi les éléments qui lui ont servi à édifier son fourreau, celui-ci se confondra nécessairement avec des matériaux ; ou bien la Phrygane peut-elle exercer un choix parmi les matériaux qu’elle rencontre de façon à harmoniser, d’une façon plus ou moins parfaite, son fourreau avec le milieu ambiant ?
On peut rappeler à ce propos que certains crabes (les Maja, en particulier) recouvrent leur carapace de débris et d’organismes variés et que, grâce à ce déguisement, ils se confondent d’une façon tout à fait étonnante avec le milieu dans lequel ils vivent. Les expériences de R. Minkiewicz ont montré que ces crabes ne prennent pas au hasard les éléments de ce déguisement, mais, que au contraire, ils font, parmi les matériaux qui sont à leur disposition, un choix très judicieux.
Pour les Phryganes, la première des alternatives formulées ci-dessus paraît assurément la plus vraisemblable ; il était néanmoins intéressant d’en demander confirmation à l’expérience. Pour cela nous nous sommes adressé à deux espèces de Phryganes, dont l’une construit son fourreau avec des débris de feuilles et l’autre, avec de gros grains de sable. Nous avons dépouillé de leurs étuis un certain nombre de ces larves. Celles de la première espèce ont été divisées en deux lots ; l’un fut placé dans une cuvette de porcelaine blanche et l’autre, dans un cristallisoir en verre recouvert extérieurement de papier noir. Au fond de ces deux récipients étaient répandus de petits fragments allongés de papier blanc et de papier noir, les deux couleurs étant en représentées en proportions égales. Les larves n’ayant pas d’autres matériaux à leur disposition pour la confection de leurs étuis, se sont mise immédiatement à utiliser les fragments de papier.
Dans les deux lots, les résultats ont été les mêmes ; les fourreaux étaient formés de fragments blancs et e fragments noirs, sans que l’une des couleurs parut prédominer sur l’autre. Avec la seconde espèce de Phrygane, nous avons procédé de même mais en remplaçant le papier par de petites perles de verre blanc opaque et de verre noir, entières ou divisées en quelques fragments. Dans les deux récipients, les fourreaux étaient pareils, irrégulièrement bigarrés de noir et de blanc. La conclusion à tirer de ces petites expériences est donc que, si les larves de Phryganes choisissent la nature des matériaux destinés à l’édification de leurs étuis, elles n’exercent en revanche aucune sélection basée sur la couleur de ceux-ci.