Quand la pierre est placée

Henri Coupin, Les Arts et Métiers chez les Animaux, Paris, Librairie Vuibert, 1904, pp. 264-265.

Les larves de Phryganes, insectes du groupe des névroptères, qui vivent dans les eaux douces, entièrement submergées, se construisent des étuis, des fourreaux cylindriques ouverts à leurs deux extrémités (fig. 145). Les matériaux employés varient avec les espèces et aussi, pour chaque espèce, avec les circonstances extérieures. Généralement ce sont de petites bûchettes de bois d’une régularité remarquable et disposées transversalement en laissant au centre un espace cylindrique tapissé par de la soie. D’autres fois, ce sont de simples brindilles de plantes, des fragments de végétaux verts, de vase, de cailloux, de feuilles mortes. Quand l’eau dans laquelle vit la larve contient de petits mollusques, par exemple des Planorbes, elle fait entrer leurs coquilles dans la confection de son étui ; il est même des larves qui en fabriquent entièrement avec ces coquilles, même quand l’animal intérieur est encore vivant. « Ces sortes d’habits, remarque Réaumur, sont « plus fort jolis », mais ils sont aussi des plus singuliers. Un sauvage qui au lieu d’être couvert de fourrures, le serait de Rats musqués, de Taupes ou autres animaux vivants, aurait un habillement bien extraordinaire ; tel est, en quelques sortes, celui de nos larves. » La phrygane striée compose d’abord son étui avec des feuilles, puis à mesure qu’elle grandit, elle le répare et l’augmente avec de petites pierres : finalement le fourreau est entièrement pierreux. Voici d’après M. Girard, quelques renseignements sur lesdits étuis.

coupin-1904

L’instinct de la construction paraît perfectible, laissant parfois entrevoir une lueur d’intelligence. Ainsi une larve habituée à se faire un étui de paille ou de feuilles, mise dans un vase où il n’y a que de petites pierres, finit par s’en servir pour se construire un étui inaccoutumé. Fans les fourreaux à brins transversaux, ces brins sont attachés d’une manière régulière, tangentiellement à l’étui soyeux, en hélice très serrée. Les étuis sableux sont souvent un peu arqués à l’extrémité. Ceux du sable très fin ne peuvent être faits par les larves qui n’en ont pas l’usage naturel ; elles meurent sans rien fabriquer, si on ne leur donne, dans l’eau où on les conserve que du sable très fin. Pour faire sortir une larve entière de son étui, et c’est ce que savent très bien les pêcheurs à la ligne, il faut la pousser par derrière avec une pointe moussue, afin de rompre l’adhérence des crochets placés à l’extrémité du corps. Elle cherche à rentrer dans son étui par la plus large extrémité, celle de la tête, mais doit alors se retourner, ou couper l’étui et le modifier.
Les fourreaux sont toujours plus ou moins cylindriques, ordinairement plus larges en avant qu’en arrière. Ils sont toujours formés à l’intérieur par un tissu fin et assez fort, bien lisse, produit par la soie que la larve fait sortir des filières, qui durcit promptement à l’eau et acquiert beaucoup de solidité. Les glandes à soie se détachent de la bouche chez la nymphe, diminuent peu à peu de volume et disparaissent par résorption. Quand la larve marche, elle sort du fourreau la tête et les pattes thoraciques, les seules qu’elle possède et traine alors son fourreau derrière elle, comme le Limaçon sa coquille ; mais si on l’inquiète, elle y rentre tout son corps, et l’étui semble inhabité.
Pour fabriquer un étui de pierrailles par exemple, la larve nue se promène au fond pour reconnaître et choisir ses matériaux. Elle fait ensuite une voûte de deux ou trois pierres plates, soutenues et liées par des fils de soie, et se loge en dessous. Puis elle choisit les pierres une à une, les tient entre ses pattes et les présente comme un maçon, de sorte que chacune entre dans l’intervalle des autres et que les surfaces planes soient intérieures. Quand la pierre est bien placée, la larve la colle par des fils de soie aux pierres voisines. Elle commence l’étui par sa région postérieure. Les étuis de petites pierres, les plus longs à faire, demandent cinq à six heures.